DESCRIPTION DE LA RÉADAPTATION

Étant un trouble d’acquisition du langage permanent, la dysphasie se répercute sur toutes les sphères de la vie affective, sociale et scolaire, et ce, tout au long de la vie de la personne qui en est atteinte.

Très peu d’études se sont intéressées à l’évolution à long terme de la dysphasie. Déjà, en bas âge, les profils des enfants sont très différents. Il est donc impossible de donner une réponse exacte quant à l’évolution possible du langage. La certitude que nous avons est que chaque enfant va progresser suivant son propre rythme et que son langage va s’améliorer au fil du temps, avec l’aide reçue et celle à recevoir. De plus en plus, nous côtoyons des adolescents et jeunes adultes vivant avec la dysphasie qui démontrent que rien n’est tracé d’avance. Selon leur personnalité, leurs intérêts et leurs motivations, ces personnes ont pu célébrer de belles victoires et relever des défis importants dont ils sont fiers.

dysphasie-quebec-readaptation-adolescent-adulte

Pour maximiser les progrès, il faut prévoir la réadaptation du langage du jeune à long terme. Évidemment, la durée du traitement est variable selon le type de dysphasie, la sévérité des problèmes, l'évolution et la motivation de la personne concernée. Il est important de spécifier que l’intervention orthophonique s'échelonne sur plusieurs années, car l’enfant vivant avec une dysphasie apprend le langage différemment. Toutes les étapes de l'apprentissage langagier doivent être explicitement démontrées, décortiquées, micrograduées.

D’abord, l’orthophoniste est amené à pratiquer une évaluation du langage de l’enfant afin de faire un bilan de ses compétences communicatives. Grâce à l’utilisation de nombreux tests et l’observation clinique, il est possible d'identifier et de situer les défaillances et les troubles afin d’établir une conclusion orthophonique. Ce compte-rendu renseigne sur la nature et la gravité des troubles et le type de prise en charge à envisager. Ce bilan devient un élément de référence important pour les évaluations ultérieures. De plus, les différents renseignements fournis par la famille, le médecin, et les autres intervenants, faisant partie de la réadaptation, sont très importants pour compléter l'évaluation du trouble de l'enfant.

Différents programmes adaptés aux personnes vivant avec la dysphasie s’offrent aussi dans les centres de réadaptation physique des différentes régions. Afin de bénéficier des services de ces centres, le médecin de famille ou l’orthophoniste qui évalue la personne doit faire une recommandation (référence) en centre de réadaptation. À titre d’exemple, sur le territoire de la Capitale-Nationale, l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ) offre des services pour les jeunes vivant avec un trouble du langage, de l’âge préscolaire jusqu’à la transition vers la vie adulte (offert aux jeunes de 12 à 25 ans).

dysphasie-quebec-probleme-communication-solitude

Puisque la communication de la personne vivant avec la dysphasie n’est pas toujours efficace et qu’elle occasionne des situations de handicap dans ses diverses sphères de vie, l’orthophoniste, accompagné ou non d’une équipe multidisciplinaire, prendra en charge sa réadaptation. Il assurera ainsi un suivi et une évolution progressive en apportant à votre enfant soutien et stimulation langagière. Les professionnels gravitant autour de l'enfant utiliseront des exercices structurés et adaptés aux besoins spécifiques de ce dernier. C’est aussi l’orthophoniste qui fournira certains conseils judicieux aux parents afin de favoriser et de stimuler adéquatement le développement du langage de leur enfant.

L'orthophoniste amènera l’enfant à:

  • favoriser l’amélioration de la fonction de sa mémoire inopérante et à développer ses capacités et son potentiel d’apprentissage;
  • favoriser, tout au long du processus de réadaptation, la réalisation de ses habitudes de vie menant à une autonomie personnelle, sociale et communautaire optimale;
  • développer une communication fonctionnelle en favorisant la stimulation afin de permettre l’expression de soi et les relations avec autrui;
  • s'adapter à son handicap afin de faire lui comprendre et accepter ses différences;
  • se préparer à son intégration en service de garde ou en milieu scolaire.

Avec une personne ayant une dysphasie, afin qu’elle intègre une tâche, il ne suffit pas de lui montrer le fonctionnement une fois et de s’attendre à ce qu’elle le fasse par elle-même. Il faut lui répéter les étapes et lui donner des occasions de se mettre en action. Dans un processus de réadaptation, tout l'entourage de la personne doit être actif et travailler de façon similaire. C’est à ce moment que les activités de Dysphasie Québec, par exemple, prennent toutes leur importance.

Remerciements

Merci à Natasha McDonald,orthophoniste au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale, pour la révision du contenu de cette page.