Comment faciliter la période des devoirs?

 

Qui dit école dit devoirs! Malheureusement, les devoirs ne sont pas toujours faciles et agréables tant pour l’enfant que pour les parents, et ce, à tous les niveaux scolaires. Ils relèvent d’un défi supplémentaire lorsque l’enfant présente un trouble développemental du langage (dysphasie).

 

Plusieurs éléments peuvent être la cause d’une difficulté récurrente qui persiste à travers les années scolaires comme la motivation, l’apprentissage et la concentration. Voici quelques explications et astuces qui pourraient simplifier les devoirs au quotidien.

 

MOTIVATION- chez l’enfant

 

Que ce soit sur le plan scolaire ou sur le plan des loisirs, nous avons besoin en tant qu’humains de donner un sens à ce que nous faisons. C’est cette recherche de sens qui nous pousse à nous mettre en action.

 

Les causes du manque de motivation

  • La difficulté à comprendre les raisons, pour lesquelles il doit faire des devoirs. En d’autres mots, l’enfant ne voit pas le lien entre ses efforts et sa réussite future.
  • Le manque d’estime de soi. Si votre enfant a une difficulté marquée au niveau scolaire, il est possible qu’il ait de la difficulté à avoir une image positive de lui-même.

 

MOTIVATION- rôle du parent

 

En tant que parent, votre motivation a un impact considérable sur la motivation de l’enfant. Il est important de faire la distinction entre aimer faire quelque chose et être motivé à le faire. Par exemple, peu de gens désirent faire les tâches ménagères, toutefois, ils doivent tout de même les entreprendre. Il s’agit du même principe avec les devoirs. Il faut simplement avoir un but qui nous motive à nous mettre en action. Afin de rehausser sa propre motivation en tant que parent pour les devoirs, vous pouvez :

  • Vous assurer de bien connaître votre rôle pendant la période des devoirs
  • Établir des règles claires et constantes
  • Vous affirmer plutôt que vous culpabiliser

 

Voici ce que vous pouvez faire pour favoriser la motivation de votre enfant :

  • Lui démontrer chaque jour de l’intérêt pour l’école
  • Lui expliquer l’importance des devoirs
  • Mettre en place des habitudes pour la période des devoirs (agenda, liste de choses à faire pour ce soir, trucs d’étude, horaire, etc.)
  • L’encourager régulièrement, ne pas attendre une note parfaite pour le faire
  • Utiliser des systèmes de récompenses (ex.: tableau de renforcement)
  • Écrire des pensées positives ou des dessins encourageants et les mettre à la vue lors des devoirs

 

APPRENTISSAGE - chez l’enfant

 

Chaque enfant est unique dans sa compréhension. Ce qui peut fonctionner pour une personne ne fonctionnera pas nécessairement pour l’autre.  Ce qui peut fonctionner pour une matière ne fonctionnera pas nécessairement pour l’autre. Deux façons se distinguent, soit l’approche méthodologique ou l’approche par essai-erreur.

 

L’approche méthodologique

La personne apprend mieux par les explications, que celles-ci soient orales ou écrites.

 

L’approche par essai-erreur

La personne a besoin d’éléments concrets. Celle-ci préféra faire des exercices et essayer de résoudre des problèmes afin de déterminer ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

 

APPRENTISSAGE - rôle du parent

 

Ce qu’il faut que vous gardiez en tête: demeurer à l’écoute de son enfant. Vous allez pouvoir ajuster les séances d’étude en fonction de l’enfant et en fonction de la matière qu’il étudie.

 

Dans tous les cas, peu importe la façon dont l’enfant apprend, plus il y a de sens investis dans l’apprentissage (touché, vision, audition, goût, odorat) plus l’enfant aura de la facilité à se souvenir des concepts appris. Il sera donc plus en mesure de les récupérer en mémoire pour les utiliser.  L’enfant peut aussi faire des associations plus facilement. Utilisez votre imagination!

 

CONCENTRATION - chez l’enfant

 

L’outil principal de l’apprentissage est la concentration. Il est essentiel de faire la distinction entre l’attention et la concentration. L’attention est involontaire, ne requiert pas d’effort et fait appel à nos sens. En revanche, la concentration est une action volontaire qui requiert de l’effort, de la patience et de l’entraînement. Plusieurs choses peuvent être la cause du manque de concentration : 

 

Raisons physiologiques 

  • Stress et anxiété
  • La faim
  • Trop faible quantité de sommeil (besoin d’un minimum de 8 à 9 h de sommeil par nuit)
  • Mauvaise condition physique (si votre enfant a été assis toute la journée, il est tout à fait compréhensible qu’il ne soit pas concentré à faire ses devoirs. Il a besoin de bouger!)

 

Raisons environnementales 

  • Encadrement inadéquat (manque de présence et d’encouragement de la part du parent)
  • Mauvaise posture
  • Surconsommation de télévision/ordinateur*
  • Manque d’organisation

 

*Pourquoi la télévision et les jeux vidéos semblent-ils plus intéressants que l’école? En fait, il est possible qu’il ne s’agisse pas de l’intérêt, mais plutôt de l’attention. Souvent, la technologie fait appel à tous nos sens; il y a de la couleur, du mouvement et du son. Il est normal que notre attention soit captée plus facilement par cet écran que par une feuille de papier en blanc et noir.

 

CONCENTRATION - rôle du parent

 

En tant que parent, l’action à entreprendre afin de favoriser le développement de la concentration est d’établir un environnement favorable. Voici ce que vous pouvez faire pour y arriver: 

  • Éliminer le bruit et les sources de distraction (limiter la présence des jeunes enfants (frères ou sœurs), être dans un bureau de travail et non dans la cuisine, etc.)
  • Autant l’ordinateur et la télévision peuvent être une source de distraction pendant l’étude à la maison, autant ils peuvent constituer des outils favorables à l’apprentissage (vidéos, Power Point, etc.)
  • Mettre de la couleur dans les exercices
  • Établir une routine (travailler aux mêmes heures chaque jour)
  • S’assurer que l’enfant est détendu et prêt à travailler
  • Varier les méthodes d’étude
  • Exercer la concentration des enfants par des jeux (par exemple, jouer aux échecs)

 

 

Les particularités de mon enfant présentant un trouble développemental du langage (dysphasie)

 

Un enfant atteint de dysphasie présente certaines caractéristiques propres à son trouble de langage :

  • Une intelligence normale, mais une altération de la communication.
  • Un enfant qui présente une dysphasie est confronté aux mêmes défis ainsi qu’aux mêmes besoins qu’un enfant du même âge

 

Si l’enfant…

En tant que parent, vous avez l’impression que …

Mais en réalité…

Ce que vous pouvez faire!

- N’écoute pas, est dans la lune, joue avec les objets sur la table sans arrêt, est distrait par les bruits environnants.

 

- Il a un problème d’attention.

 

- Il n’est pas intéressé ou motivé.

 

- Il ne veut pas réussir.

 

- Il ne comprend pas l’information à cause du choix des mots ou des structures de phrases utilisés.

 

- Il n’a pas assez de temps pour traiter l’information verbale.

 

- Il reçoit trop d’informations verbales dans un court laps de temps pour ses capacités.

- Aller chercher l’attention de l’enfant en l’interpellant.

 

- Utiliser un vocabulaire simple et des phrases courtes.

 

- Fournir un support gestuel, écrit, imagé.

 

- Laisser du temps entre les phrases.

- Ne pose pas de questions.

 

- Ne demande pas d’explication.

 

- Il n’est pas autonome.

 

- Il n’est pas motivé.

 

- Il n’a pas de mémoire.

 

- Il n’est pas organisé.

 

- Il veut camoufler son incompréhension.

 

- Il n’est pas conscient de son incompréhension.

 

-Établir un climat non compétitif où l’erreur est acceptée et exploitée.

 

- Reformuler les messages que vous lui dites.

 

-Valoriser les tentatives de formulation de questions.

 

- Ne fait pas le travail demandé ou exécute une tâche autre que celle attendue.

 

- Il n’est pas attentif.

 

- Il travaille « tout croche ».

 

- Il n’obéit pas.

 

- Il n’a pas compris la consigne.

 

- Il a reçu trop d’informations et n’arrive pas à cibler ce qui est essentiel.

 

-Donner un minimum de consignes.

 

-Donner des consignes courtes entrecoupées de pauses.

 

-Donner des consignes dans le même ordre que l’exécution de la tâche.

 

-Vérifier la compréhension, en questionnant l’enfant (ne pas seulement lui demander s’il a compris, car il pourrait répondre oui, même s’il ne peut dire ce qu’il a saisi du message).

 

- Fournir un support gestuel, écrire des consignes, utiliser des pictogrammes, etc.

 

- Illustrer, faire un modèle ou faire une tâche en exemple.

 

- Oublie une ou des étapes dans une tâche.

 

- Ne suit pas l’ordre des étapes de la tâche.

 

-Il n’a pas de mémoire.

 

- Il ne se concentre pas assez.

 

- Il n’écoute pas les consignes.

 

- Il est paresseux.

 

- Il n’est pas appliqué.

 

- Il a de la difficulté à retenir plus de 2 ou 3 consignes verbales simples à la fois.

 

- Il a de la difficulté à organiser les informations reçues.

 

Par exemple : Pour un projet scolaire en arts plastiques, l’enfant ne peut retenir les 7 étapes du projet qui lui ont été expliquées verbalement par le parent et sans support visuel. Il se souvient des 2 premières étapes et de la dernière, ce qui lui donne un produit final très différent de ce qui est attendu !

 

-Exécuter la tâche devant l’élève en nommant explicitement les différentes parties ou étapes.

 

- Donner accès à des structures d’appui (liste des étapes d’une tâche, gestes, écrits, démonstration, etc.).

 

- Donner des consignes courtes, entrecoupées de pauses pour permettre le traitement de l’information.

 

- Utiliser les doigts pour indiquer le nombre des étapes et leur rang.

 

- Donner les consignes dans le même ordre que l’exécution de la tâche.

- Prend un temps extrêmement long pour exécuter une tâche.

 

- Ne débute pas le travail sans qu’on le lui demande.

 

- Il ne fait pas d’effort.

 

- Il ne prend pas d’initiative.

 

- Il n’est pas motivé.

 

- Il ne découpe pas les tâches en parties.

 

- Il n’arrive pas à anticiper (prévoir à l’avance).

 

Par exemple : L’enfant doit être assis pour faire ses devoirs à 18h, mais il termine son jeu dehors à 18h pour s’y rendre.

 

-Le questionner sur sa façon de s’y prendre pour parvenir au résultat.

 

- Démontrer concrètement la tâche à l’élève en la réalisant soi-même, si possible.

 

- Lui donner les tâches à l’avance.

 

Ce tableau est une adaptation d’un aide-mémoire pour l’intégration des élèves dysphasiques au secondaire/Commission scolaire des Découvreurs et Commission scolaire des Navigateurs

 

**Le générique masculin est utilisé dans le seul but d'alléger le texte

 

Références :

Commission scolaire des Découvreurs., Commission scolaire des Navigateurs., Intégration des élèves dysphasiques au secondaire. Repéré sur http://www.csdecou.qc.ca/.

Darche, R. (1994). Stratégies de la réussite scolaire. Guide d’utilisation. Mascouche (QC).

 

Merci beaucoup à Cassandra Girard, étudiante au baccalauréat en psychologie et intervenante chez Dysphasie Québec pour la rédaction de cette boîte à outil.